Rencontre avec Édouard Glissant

Place publique du 7 février 2009, Maison de l'Europe, Paris.

Colette Piquet

 

Cf : L'unebévue N° 26 : Rhizome, carte, noeud Bo, Rhizome et création, une poétique, p 11.

Je suis très intéressée par ce que vous avez dit de la légitimité et de l'illégitimité.

Je me suis interrogée, en chemin, sur la question de la RACE, mais on sait maintenant que la RACE n'est pas une notion scientifique, c'est une notion socio-historiquement construite...

Depuis que vous avez parlé de LÉGITIMITÉ , les deux mots MÉTISSAGE et LÉGITIMITÉ se mettent à s'entrechoquer dans mon esprit. Pourquoi ? J'ai pensé, et c'est tout à fait personnel, que par exemple, chez les chiens, quand il y a mélange de RACES, les rejetons de ces mélanges sont dit BÂTARDS. Et on sait bien qu'un BÂTARD, c'est quelque chose d'ILLÉGITIME, un enfant né d'une union illégitime !

( réaction négative de E.Glissant)

Qu'on ne me dise pas qu'il s'agit dans mon exemple de chiens, alors qu'on parle par ailleurs d'êtres humains ! On sait bien qu'il y a contamination des notions, des façons de parler, les unes sur les autres. Ce qui paraît venir de mon imaginaire, est en fait l'imaginaire de toute une société occidentale contemporaine. Voilà, c'est une question, un peu brûlante.

Et puis vous dites à propos du MÉTISSAGE, qu'il est la première étape de la CRÉOLISATION. Ces deux mots, métissage et créolisation, sont dans un frottement intéressant l'un avec l'autre. Par exemple, dans les années 80, on parlait de Génération Métisse. C'était une expression forte qui paraissait révolutionnaire à l'époque. Or, vous semblez différencier maintenant ces notions, dire que le MÉTISSAGE, c'est en deçà de la CRÉOLISATION...

CRÉOLISATION, c'est un mot qui peut prêter à confusion. Ça ne veut pas dire en tout cas, si je vous ai bien lu,  que tout le monde va devenir CRÉOLE, que le monde va devenir un immense chantier de MÉTISSAGE.

J'aimerais que vous nous en disiez davantage,sur ces questions. Elles m'intéressent même très personnellement.