rousselRaymond Roussel à la Une

Janine Germond

L'unebévue 2000, ISBN n°2-908855-58-5, ISSN : 1284-8166, 72 p. 10€

On sait plus ou moins clairement que tout un pan de la vie de Raymond Roussel est resté caché. Pierre Janet ne fera jamais allusion à l'homosexualité de son patient, Michel Leiris l'évoque brièvement. On sait néanmoins que Roussel a dû parfois partir en voyage pour éviter des scandales.

Mais dès 1904, Roussel va affronter un article remplissant les deux premières pages de La Cocarde, journal financier antisémite et dans lequel il est accusé de " délits ou crimes ". Cette publication dévoile, à la Une, l'homosexualité de Roussel, qu'il gardait secrète, ses rencontres avec " de nombreux mineurs de sexe masculin " et même, des poursuites et chantages de la part de pères de jeunes gens qu'il aurait séduits. Cela se passe quelques mois à peine après la parution de La Doublure, en juillet 1897, alors que le peu d'écho fait à cet ouvrage le laissait bouleversé. Cette affaire durera de 1898 à 1905. Peut-on imaginer les répercussions sur un très jeune homme et ce qui a pu en résulter ?

Roussel et sa mère vont l'un et l'autre tenter de cacher cet aspect de sa vie et ils y arriveront. Raymond Roussel ne parlera jamais d'homosexualité dans son œuvre et cet article de La Cocarde, après avoir eu sans doute à l'époque l'effet d'une bombe, est très vite retombé dans l'oubli, bouclé au placard.

On connaît Raymond Roussel vivant seul, très retiré, très isolé, dans le luxe de riches demeures, avec un train de vie somptueux. Sa vie, ses inventions, son écriture, ses voyages, sont-ils frappés du sceau de cette affaire ? Un besoin de camouflage vient-il s'inscrire en particulier dans son mode d'écriture par des procédés de plus en plus hermétiques, et leur dévoilement posthume ?