14L'Unebévue N°14 : Eros érogène ?

L'Unebévue 1999, ISBN n°2908855526 , 22€.

Téléchargement gratuit du numéro ! ico pdf

♦ Cahier de l'unebévue en supplément gratuit aux abonnés :

Platon et la réciprocité érotique. David M. Halperin

 


Sommaire

Le “sujet de désir” aux prises avec Éros : entre Platon et la poésie mélique. Claude Calame

Ce qui est en cause dans les différentes lectures du Phèdre, c’est la projection sur le texte de Platon de la notion de sujet. L’étude du sujet érotique de la poésie mélique permet de cerner l’asymétrie constitutive qui détermine la relation d’homophilie en Grèce antique.

Le stade du miroir revisité. Jean Allouch

Se pourrait-il que la mise en valeur tardive de l’anterôs dans la problématisation grecque de l’érotique soit liée à quelque trait physiologique de la rencontre amoureuse ? Et que la jouissance féminine éteigne le problème, qui demeure intact chez le garçon ? Il devient alors possible de présenter cette question de l’anterôs comme une version du stade du miroir compatible avec l’invention de l’objet a.

Un éromène au pays des Noumènes. Jean-Claude Dumoncel

Ce que le personnage platonicien dessine de son doigt dans le sable, il nous faut le tracer sur le papier. Platon applique toujours, comme partout, la même loi de l’échelle platonicienne. Aussi le jeu de l’amour va-t-il se produire deux fois : il y a d’abord un Noumène de l’amour, puis un phénomène de l’amour. Thème ultime du Phèdre, le désir est d’Éros mais le plaisir est d’Aphrodite, l’amour socratique est le prototype du Désir ascétique selon Deleuze.

Les études de la pédérastie grecque éclairent-elles nos perspectives sur la mystique affective féminine catholique ? Jacques Maître

L’étude des processus par lesquels passe l’acculturation de thèmes platoniciens dans la mystique féminine constitue aujourd’hui un thème majeur de l’histoire de la spiritualité. Chez Platon, la beauté de l’éromène renvoie à la Beauté en soi. En régime de catholicisme, la beauté de Jésus ne renvoie qu’à Jésus, puisqu’il est Dieu. C’est le pont aux âmes : monothéisme, incarnation, expérience mystique.

Une relation sans converse. Guy Le Gaufey

Les notions de contre-transfert et d’intersubjectivité viennent questionner l’impossible articulation de l’imaginaire et du symbolique. Que Pierre aime Paul n’implique pas que Paul aime Pierre, mais dans une relation logique sans converse, que Pierre aime Paul n’implique pas que Paul soit aimé par Pierre. C’est bien cette relation-là qui est à la base de ce que Lacan développe sur la relation transférentielle.

Le thème du miroir dans l’histoire de la philosophie. Émile Jalley

Il se pourrait fort que le thème du miroir constitue l’une des images privilégiées qu’a utilisée, selon des variantes diverses, tout l’histoire de la philosophie. Les deux aspects principaux, le signifiant miroir d’une part (reflet, copie, image, modèle), l’immense question de l’imagination et du spéculaire d’autre part, trouvent leur point d’origine dans la philosophie platonicienne.